Andrea Bon

Il y a des noms de famille qui ne trompent pas : Andrea Bon semblait prédestiné à la restauration. Tout commence avec Engel’s Coffee en 2012, Mamma Mozza en 2015, puis Andreucci Pizza en 2019 … autant d’enseignes qui ont contribué à la belle dynamique que connaît depuis quelques années la ville de Mulhouse. Mais aussi et surtout des lieux de vie et un régal quotidien pour les clients fidèles. Portrait d’un serial entrepreneur italien de naissance et français par amour.

Andreucci, une sonorité au doux parfum de l’enfance, aux accents de madeleine de Proust. Et pour cause : Andreucci était le surnom que lui donnait sa grand-mère, italienne elle aussi. Andrea est né dans la région du Frioul à Raschiacco, au Nord-Est de l’Italie. C’est là qu’il rencontre sa future femme, originaire de Mulhouse. Il tenait alors un restaurant de pizzas à la coupe avec un ami, et décide de suivre sa femme en France en 2007 : « Je ne parlais pas un mot de français, mais j’ai appris en regardant la télé et en lisant le journal ! Et voilà : pour l’instant, tout va bien ! », dit-il dans un éclat de rires. Il est comme ça, Andrea : son sourire et sa joie de vivre le précède.

Fort d’une expérience de pizzaïolo/barman/entrepreneur en Italie, il décide d’ouvrir en 2012 son propre établissement mulhousien : ce sera Engel’s Coffee, et le début d’une nouvelle aventure couronnée de succès. Andreucci, c’est son dernier bébé, mais aussi un projet qu’il souhaite faire prospérer et pourquoi pas développer dans une autre ville. Le tout, en continuant de faire avancer ses enseignes mulhousiennes dans le bon sens, en bon capitaine de navire.

Pourquoi ce concept de pinsa romana ? « Cette pâte très ancienne, revenue à la mode depuis quelques années en Italie, n’est pas encore connue en France. Elle se prête bien à la vente à la part », contrairement à sa cousine la pizza : on peut ainsi la déguster en déambulant dans les rues de la ville. Un concept de street food qu’il tardait à Andrea de faire découvrir aux Mulhousiens !

Si vous lui demandez ses motivations au quotidien, Andrea vous répondra du tac au tac : « J’aime sortir de ma zone de confort et repousser mes limites : je me teste pour voir si je peux faire quelque chose, et jusqu’où je peux le faire. En fait, je m’ennuie très facilement : une fois que je sais faire quelque chose, j’aime passer à la suite très rapidement. C’est cette envie de se dépasser qui m’amène à construire de nouveaux projets…et tutti quanti ! ». La messe est dite ! Pour entendre l’accent chantant d’Andrea et faire fondre vos papilles, rendez-vous chez Andreucci autour d’une part, ou deux, ou trois, de pinsa romana made in Mulhouse.